LE CHÂTEAU ET L’ŒNOLOGIE

En 1938, le domaine fut acquis par le professeur Jean Ribereau-Gayon, précurseur de l’œnologie moderne.
L’histoire commence vers 1850, lorsque la grande plaie de maladies inconnues jusqu’alors : oïdium, phylloxera et mildiou commencent à affecter les vignobles de toute la France. Suite à cette tragédie nationale, qui a détruit 40 % des vins Français entre 1845 et 1878, les grands chimistes de l’époque se sont penchés sur la viticulture moribonde ; notamment Louis Pasteur dont Ulysse Ribereau-Gayon, grand-père de Jean, a été l’élève. Ses recherches en combinant le cuivre et la chaux, l’ont conduit à la découverte de la « Bouillie Bordelaise » qui sauva le vignoble bordelais du mildiou à partir de 1886 et reste toujours utilisée à ce jour. 

Dans les années 1930, Jean Ribereau-Gayon a continué l’importante contribution de sa famille à l’histoire du vin et plus particulièrement de l’œnologie. Il utilisera le vignoble et le chai du Château Les Conseillans comme support de ses recherches . Après la plantation des premiers ceps de vignes en 1938, le professeur a installé un chai expérimental et construit un laboratoire de chimie. C’est à cet endroit, qui est maintenant la salle de dégustation, que le professeur Ribereau-Gayon en soutenant les travaux d’Emile Peynaud a compris le mécanisme chimique de la fermentation malolactique. C’est enfin Pascal Ribéreau-Gayon, fils de Jean qui par la mise au point de la chromatographie sur papier, permettra d’en mesurer l’état d’avancement. Cette découverte a complété les connaissances scientifiques fondamentales nécessaires à l’œnologie moderne en conférant aux vins une meilleure stabilité biologique.

En 1949, le professeur Jean Ribereau-Gayon et son collègue Emile Peynaud fondent l’Institut d’œnologie de Bordeaux, qui continue de former les plus grands œnologues. Jusqu’à sa mort en 1991, il se partagera entre la recherche, l’enseignement et le château les Conseillans qu’il affectionnait particulièrement.